GenWeb de la Basse Côte-Nord

Quebec Lower North Shore GenWeb

 

Le GenWeb de la Basse Côte-Nord est une composante du GenWeb Québec et du GenWeb Canada.

Lower North Shore GenWeb is part of the Québec GenWeb and the Canada GenWeb Projects.



Blanc-Sablon

Blanc-Sablon is only a few miles from Lourdes-de-Blanc-Sablon and is about 270 nautical miles by sea northeast of Natashquan, the terminus of the highway to the outside world. It is the gateway to the eastern end of the Lower North Shore and to the Newfoundland Labrador. The name Blanc-Sablon originates from the archaic French words ‘white sand’. The name befits it in a literal sense, because the community is built along a white sandy beach that arcs along the shore for about a mile. The ferry from Newfoundland and the coastal boat for the Lower North Shore both load and off load freight and passengers in the Community.

Basque seafarers fished and hunted in the area as early as the 1500s followed by fishermen from Brittany, Normandy, Portugal and Spain. Jacque Cartier referred to the area several times in his explorations during the mid 1500s which suggests it was familiar to Europeans.

After the British conquest of New France in 1763, Newfoundland took over the governance of the "Coasts of Labrador", including the Lower North Shore. Eleven years later, Labrador was transferred by statute to Quebec. It was re-annexed to Newfoundland in 1809. In 1825, the Coast of Labrador west of a line extending due north from the eastern end of the Bay of Blanc-Sablon to the 52nd parallel of latitude was once again restored to Quebec. Contention arose over this boundary; however, the dispute was finally resolved by the British Privy Council in 1927 with Blanc-Sablon officially becoming part of Quebec.

Blanc-Sablon was historically a fishing port. The De Quitteville Bros., a firm from Jersey, Channel Islands opened business in 1779 and remained for nearly a century, concentrating on the cod fishery. The firm later sold out to the company of Job Brothers of St. John’s, Newfoundland. A seal fishing enterprise was started by Martin Parent in 1817 at Pointe au Pot, between the present day Villages of Lourdes-de-Blanc-Sablon and Blanc-Sablon. More French Canadian families settled in the area between 1830 and 1855. They were joined by Jersey Islanders and Acadians.

During the time of De Quitteville, French predominated as the main language. With the influx of Newfoundlanders under Job Brothers, the area underwent a rapid process of Anglicization. partly because of the intermarriage between the French-speaking men and the English-speaking women, and partly because Blanc-Sablon was then part of Newfoundland and predominantly Roman Catholic under the auspices of the Harbour Grace Diocese which in turn administered the school system within the Colonial English education system. Today parishioners worship in English at St. Theresa’s Roman Catholic Church and children receive instruction at St. Theresa’s elementary school in English as well.

Due to the close proximity of the villages of Blanc-Sablon and Lourdes-de-Blanc-Sablon, present day family names for the two villages include: Beaudoin, Bolger, Buckle, Burke, Cormier, Dobin, Driscoll, Dumas, Joncas, Jones, Labadie, Laundry, Lavallee, Lawless, Lessard, Letemplier, Letto, Marcoux, Morency, Pike, Purcell, and Walsh. There are three cemeteries in total for the area - one which it shared by the two villages and one older cemetery in each village. The old cemetery in Blanc-Sablon is by the shore near the marine boat pull-out.

********************

Blanc-Sablon est seulement quelques milles de Lourdes-de-Blanc-Sablon et environ 270 milles nautiques nord est de Natashquan, le terminus de la voie routière au reste du monde. C'est l'entrée du côté est de la Basse Côte Nord et du Labrador de Terre-Neuve. Le nom Blanc-Sablon est originaire du nom archaïsme français "sable blanc". Le nom lui convient à merveille, car la communauté est bâtie le long d'une plage de sable blanc qui s'amorce le long de la rive pour environ un mille. Le ferry de Terre-Neuve et le bateau côtier de la Basse Côte Nord tous deux charge et décharge des marchandises et des passagers dans la Communauté.

Des marins basques ont pêchés et chassés dans la région au début des années 1500 suivit par des pêcheurs Britannique, Normand, Portugais et Espagnole. Jacques Cartier a fait référence à la région plusieurs fois lors de ses explorations vers le milieu des années 1500 ce qui suggère que c'était un endroit familier aux Européens.

Après la conquête Britannique de la Nouvelle France en 1763, Terre-Neuve a administré le gouvernement de la "Côte du Labrador", incluant la Base Côte Nord. Onze ans plus tard, Labrador a été transféré par ordonnance gouvernementale à Québec. Il a été ré-annexé à Terre-Neuve en 1809. En 1825, la Côte du Labrador à l'ouest de la ligne étendue droite vers le nord du côté est de la Baie de Blanc-Sablon au 52ième parallèle de latitude était une fois de plus redonner au Québec. Une dispute a surgie à propos de cette circonscription; cependant, la dispute a été finalement résolue par le Conseil Privé Britannique en 1927 par laquelle Blanc-Sablon fait officiellement partie de Québec.

Blanc-Sablon est historiquement un port de pêche. Le De Quetteville Bros, une entreprise de Jersey, Îles Anglo-Normandes ont ouvert un commerce en 1779 et l'ont administré pendant près d'un siècle, se concentrant sur la pêche à la morue. L'entreprise a par la suite vendue à la compagnie de Job Brothers de St. John's, Terre-Neuve. Une entreprise de pêche au phoque a été commencée par Martin Parent en 1817 à Pointe au Pot, entre les villages que nous retrouvons aujourd'hui de Lourdes-de-Blanc-Sablon et Blanc-Sablon. D'autres familles canadiennes françaises se sont établies dans la région entre 1830 et 1855. Ils ont été joints par des habitants de Jersey et des Acadiens.

Durant la période De Quetteville, le français prédominait comme langue principale. Avec l'arrivée des Terre-Neuviens de l'entreprise Job Brothers, la région a procédée rapidement à un processus d'anglicisation en partie à cause des mariages entre les hommes de langue française et les femme de langue anglaise, et en partie parce que à l'époque Blanc-Sablon faisait partie de Terre-Neuve et la religion catholique romaine prédominait sous la direction du Diocèse Harbour Grace qui en retour administrait le système scolaire à l'intérieur du système éducatif de l’anglais colonial. Les paroissiens d'aujourd'hui font leurs dévotions en anglais à l'Église Catholique Romaine Ste-Thérèse et les enfants reçoivent leur éducation à l'école élémentaire Ste-Thérèse en anglais aussi.

Dû à la proche proximité des villages de Blanc-Sablon et de Lourdes-de-Blanc-Sablon, les noms de familles que nous retrouvons aujourd'hui pour les deux villages inclus: Beaudoin, Bolger, Buckle, Burke, Cormier, Dobin, Driscoll, Dumas, Joncas, Jones, Labadie, Laundry, Lavallée, Lawless, Lessard, Letemplier, Letto, Marcoux, Morency, Pike, Purcell et Walsh. Il y a un total de trois cimetières pour la région – un qui est partagé par deux villages et un cimetière plus vieux dans chaque village. Le vieux cimetière de Blanc-Sablon est sur la rive près de la sortie des bateaux maritimes.

  Back to the Homepage / Retour à la page d'accueil

 


Acadia | AB | BC | MB | ON | QC | NB | NL | NS | PEI | SK | YK | NWT & Nunavut | Canada GenWeb for Kids


Thank you to the previous coordinators, Sharon Ransom and Marc-André Gosselin, for their excellent work !
We are looking forward to reading your suggestions and comments. / Il nous fera plaisir de lire vos suggestions et commentaires.

Dernière mise à jour: 25/06/2016

© Quebec GenWeb 1997-2016

 

Suzette Leclair, Provincial Coordinator, Quebec GenWeb Project