GenWeb Nord-du-Québec

(Nouveau Québec)

Le GenWeb Nord-du-Québec est une composante du GenWeb Québec et du GenWeb Canada.

Baie-James, Villebois, Val-Paradis, Beaucanton, Matagami, Lebel-sur-Quévillon, Chibougameau, Chapais, Communautés Cries, Villages Inuits, Kativik


 

Communautés Cries du Québec

 

  • Les Cris sont présents, au Québec, dans 9 communautés réparties entre le 49e et le 55e parallèle, le long de la côte de la baie James et à l'intérieur des terres. Il s'agit de l'un des groupes autochtones les plus populeux du Québec (13 500 individus). La croissance démographique est forte et la population est jeune.

  •  
  • Les Cris du Québec maîtrisent bien leur langue maternelle. Généralement, les personnes âgées ne parlent que le cri. Les adultes scolarisés avant la Convention de la Baie-James et du Nord québécois (CBJNQ) utilisent l'anglais comme langue seconde, alors qu'une proportion importante de la jeune génération s'exprime en cri, en français et en anglais.

  •  
  • Les indices socio-sanitaires et de fréquentation scolaire ont progressé depuis la signature de la CBJNQ, mais des écarts demeurent par rapport à la situation prévalant dans la population en général. Les communautés sont assez bien pourvues en installations sanitaires de base et en équipements collectifs (édifices administratifs, sécurité publique, protection incendie, écoles, dispensaires, aéroports), mais le logement constitue, avec l'emploi, l'un des principaux défis à relever.

  •  
  • Sédentarisés depuis quelques décennies, les Cris sont passés rapidement d'une économie fondée sur la chasse, la pêche et la cueillette à une économie de marché caractérisée par l'emploi salarié. Cependant, la récolte faunique représente encore un apport alimentaire important et les activités en forêt exercent toujours un attrait non négligeable.

  •  
  • La plus grande partie des emplois rémunérés relève des programmes administrés par les communautés et les organisations cries (activités de type municipal, éducation, santé, sécurité publique). Des entreprises détenues par les Cris (Air Creebec, Compagnie de construction et de développement cries, etc.) procurent aussi de l'emploi à des Cris et non-Cris.

  •  
  • La CBJNQ a provoqué plusieurs changements chez les Cris : institutionnalisation des relations, développement et standardisation des services, accroissement des facilités de communication, accélération de la mutation économique, augmentation des rapports interculturels. Ces changements ont nécessité un processus d'adaptation qui se poursuit.
 

CHISASIBI

Localisation : La plus au nord parmi les quatre communautés cries situées le long de la côte de la baie James, à une centaine de kilomètres à l'ouest de Radisson.

Chef : Abraham Rupert

Population en 2001 :
          Résidente : 3 250 (52 % de la population a moins de 25 ans)
          Totale : 3 299

Particularités : 26 % de la population résidente est inscrite au Programme de sécurité du revenu des chasseurs et piégeurs cris.

          On y trouve : Conseil cri de la santé et des services sociaux (hôpital de 32 lits);
          Société Eeyou de la Baie-James.
 

MISTISSINI

Localisation : Une des quatre communautés cries de l'intérieur, à une centaine de kilomètres au nord-est de Chibougamau.

Chef : John Longchap

Population en 2001 :
          Résidente : 2 687 (53 % de la population a moins de 25 ans)
          Totale : 2 876

Particularités : 23 % de la population résidente est inscrite au Programme de sécurité du revenu des chasseurs et piégeurs cris.

          On y trouve : Commission scolaire crie; Société des communications cries
           de la Baie-James.
 

WASKAGANISH

Localisation : La plus au sud parmi les quatre communautés cries situées le long de la côte de la baie James. Une route d'une centaine de kilomètres la reliant à la route Matagami-Radisson sera achevée au cours des prochains mois.

Chef : Robert Weistche

Population en 2001 :
          Résidente : 1 704 (54 % de la population a moins de 25 ans)
          Totale : 2 044

Particularités : 12 % de la population résidente est inscrite au Programme de sécurité du revenu des chasseurs et piégeurs cris.

 

WASWANIPI

Localisation : Une des quatre communautés cries de l'intérieur. La plus au sud parmi toutes les communautés cries, elle est située le long de la route 113 entre Chibougamau et Lebel-sur-Quévillon.

Chef : Paul Gull

Population en 2001 :
          Résidente : 1 210 (51 % de la population a moins de 25 ans)
          Totale : 1 556

Particularités : 21 % de la population résidente est inscrite au Programme de sécurité du revenu des chasseurs et piégeurs cris.

          On y trouve : Eeyou Economic Group (SADC crie).

 

WEMINDJI

Localisation : Une des quatre communautés cries le long de la côte de la baie James, au sud de Chisasibi. Un route d'une centaine de kilomètres la relie depuis 1995 à la route Matagami-Radisson.

Chef : Reggie Mark

Population en 2001 :
          Résidente :1 098 (50 % de la population a moins de 25 ans)
          Totale : 1 176

Particularités : 29 % de la population résidente est inscrite au Programme de sécurité du revenu des chasseurs et piégeurs cris.

 

WHAPMAGOOSTUI

Localisation : La plus au nord des neuf communautés cries, la seule le long de la côte de la baie d'Hudson et qui n'est pas reliée au réseau routier. La communauté est contiguë au village inuit de Kuujjuarapik.

Chef : David Masty

Population en 2001 :
          Résidente : 740 (50 % de la population a moins de 25 ans)
          Totale : 747

Particularités : 21 % de la population résidente est inscrite au Programme de sécurité du revenu des chasseurs et piégeurs cris.

 

OUJÉ-BOUGOUMOU

Localisation : Une des communautés de l'intérieur, située à mi-chemin entre Mistissini et Waswanipi, à 26 km au nord de Chapais. Au-delà des 2,7 km2 sur lesquels est établi le village, la communauté ne dispose encore d'aucune assise territoriale.

Chef : Sam R. Bosum

Population en 2001 :
          Résidente : 569
          Totale : 655

Particularités : 32 % de la population résidente est inscrite au Programme de sécurité du revenu des chasseurs et piégeurs cris.

          On y trouve : Bureau de l'indemnité; Creeco;
          (éventuellement : Institut culturel cri).

 

NEMISCAU

Localisation : La plus au nord parmi les quatre communautés cries de l'intérieur, à une latitude équivalente à celle de Waskaganish. Elle est reliée à la route Matagami-Radisson du côté ouest et à la route du Nord du côté est.

Chef : George Wapachee

Population en 2001 :
          Résidente : 566 (56 % de la population a moins de 25 ans)
          Totale : 599

Particularités : 18 % de la population résidente est inscrite au Programme de sécurité du revenu des chasseurs et piégeurs cris.

          On y trouve : Grand Conseil des Cris; Administration régionale crie.

 

EASTMAIN

Localisation : Une des 4 communautés cries le long de la côte de la baie James, au nord de Waskaganish. Un route d'une centaine de kilomètres la relie depuis 1995 à la route Matagami-Radisson.

Chef : Edward Gilpin

Population en 2001 :
          Résidente : 564 (49 % de la population a moins de 25 ans)
          Totale : 578

Particularités : 12 % de la population résidente est inscrite au Programme de sécurité du revenu des chasseurs et piégeurs cris.

          On y trouve : Association des trappeurs cris.
 
 

POUR L'ENSEMBLE DES COMMUNAUTÉS
  • Population en 2001 :

  •  
    • résidente : 12 388;

    •  
    • totale : 13 530.

     
  • Pourcentage moyen de la population résidente ayant moins de 25 ans en 2000 : 52 %.
  •  

  • Pourcentage moyen d'inscription au Programme de sécurité du revenu des chasseurs et piégeurs cris (1999-2000) : 22 %.
 
PRINCIPAUX DÉBOURSÉS DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC CHEZ LES CRIS
  • 51,6 % des 136,6 millions de dollars (soit 70,5 millions de dollars) versés aux Cris à titre d'indemnités à la suite de la signature de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois (Hydro-Québec : 33,2 % ou 45,4 millions de dollars; Canada : 15,2 % ou 20,7 millions de dollars).

  •   
  • 100 % des coûts (117 millions de dollars) de la programmation pluriannuelle de projets communautaires convenue entre les Cris et le Québec en mars 1998.

  •  
  • Santé et services sociaux : 100 % du financement pour les immobilisations et les services sociosanitaires.

  •  
  • 100 % des coûts du programme de sécurité du revenu des chasseurs et piégeurs cris.

  • 100 % des coûts de la sécurité du revenu (sauf à Mistissini et à Waswanipi).

  •   
  • 100 % des coûts de construction des routes d'accès à Eastmain et Wemindji (60 millions de dollars au total).

  •  
  • 59 % des coûts associés aux fonds de développement pour Oujé-Bougoumou (17,9 millions de dollars sur 30,2 millions de dollars); 28 % des coûts de construction du village d'Oujé-Bougoumou (12,3 millions de dollars sur 43,9 millions de dollars).

  •  
  • Sécurité publique : 48 % des coûts de fonctionnement et 40 % du financement pour les immobilisations.

  •  
  • 47 % du budget alloué à la construction de la route de Waskaganish (21 millions de dollars sur 45 millions de dollars).

  •  
  • Éducation : 25 % du financement pour les immobilisations et les services éducatifs.

 

Retour à l'Accueil ~ Home

 

Acadia | AB | BC | MB | ON | QC | NB | NL | NS | PEI | SK | YK | NWT & Nunavut | Canada GenWeb for Kids


Dernière mise à jour :  26/06/2016

Commentaires et Suggestions

© Quebec GenWeb 1997-2016